ACCUEIL|CONTACT|ÉDITIONS PRÉCÉDENTES|MENTIONS LEGALES
الصالون الدولي للكتاب بالجزائر Présentation du salon Programme HommagesEsprit panaf Presse Informations  
 
SILA 2014

SILA

Editorial

" LE LIVRE ET NOUS ", UN EN JEU MULTIDIMENSIONNEL

Par Mme Nadia Labidi,
Ministre de la Culture
Ministre de la Culture
Quelle heureuse et significative coïncidence que le XIXe Salon International du Livre d’Alger ait lieu à la veille du soixantième anniversaire du déclenchement de notre guerre de Libération nationale, le 1er novembre 1954.

En effet, si l’indépendance du pays était au centre du combat du peuple algérien, en tant qu’objectif essentiel et suprême, celui-ci était attaché aussi à des aspirations profondes liées aux conditions de vie des Algériens dans un système colonial d’oppression, d’inégalités et d’injustices. Au coeur de la ségrégation coloniale, la question de l’accès au savoir était d’une sensibilité extrême dans un pays qui avait vu ses médersas détruites ou fermées et où l’école publique coloniale, à l’opposé des « valeurs » qu’elle affichait, n’accueillait en 1954 qu’un peu plus de 10 % d’enfants algériens.

Ainsi, le Premier Novembre, qui tendait à la liberté de toute une nation, comprenait aussi dans son élan la liberté d’accès à l’éducation et au savoir.

En cette année 2014, il n’est pas alors anodin que ce grand événement culturel national, le Salon International du Livre d’Alger, qui accueille depuis plusieurs années plus de un million de visiteurs, fasse ainsi jonction avec une célébration aussi précieuse pour notre patrie, ce moment si décisif dans son parcours historique millénaire.

Le Premier Novembre a apporté l’indépendance du pays et a débouché sur une véritable révolution nationale qui a ouvert les portes du savoir au peuple algérien. La scolarisation massive, la création et le développement remarquable de l’Université algérienne, l’alphabétisation généralisée de la société ont donné au livre une place importante dans ce mouvement de réappropriation qui touche autant aux sciences qu’aux expressions littéraires.

Ces quinze dernières années, sous la direction de Monsieur le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, le pays a fait de grands progrès. Des réalisations considérables ont permis de développer spectaculairement les infrastructures du pays, de l’équiper, de résorber le déficit en habitat, de donner du travail notamment aux jeunes et de réduire ainsi considérablement le chômage. La société s’est modernisée, a connu des changements structurels, notamment à travers l’émergence généralisée des femmes dans la vie économique et sociale.

Ce sont autant d’avancées qui ont aussi une dimension culturelle : les infrastructures routières, par exemple, rapprochent les villes et régions, accélèrent non seulement les échanges économiques et commerciaux mais aussi culturels ; l’élévation du niveau de vie crée de nouvelles demandes et exigences culturelles.

Dans le domaine directement culturel on peut noter aussi d’importantes réalisations, notamment à travers un tissu dense d’infrastructures culturelles réalisées (maisons de la culture, théâtres, bibliothèques, musées, etc.) ou en cours de réalisation. Il reste, comme insiste en cela le programme du Président de la République, « à en tirer pleinement profit à travers l’accès des citoyens aux activités culturelles ». Plus de cinquante ans après, l’évolution de la société algérienne, comme celle du monde, a généré de nouvelles situations qui, au regard du livre, ont produit des effets et des enjeux inédits. L’émergence et la diffusion planétaire des nouvelles technologies de communication n’en sont pas les moindres. Des pratiques de lecture complètement différentes sont apparues et se sont développées au point de devenir parfois dominantes. Le livre, en tant qu’objet culturel, se découple de plus en plus de la lecture qui bénéficie désormais de supports technologiques divers : depuis les bibliothèques numériques en ligne jusqu’aux tablettes électroniques de lecture. Nous vivons ainsi une véritable révolution, aussi, sinon plus importante par sa profondeur et son impact que celle de l’invention de l’imprimerie. Batterie Galaxy A5

Nous ambitionnons à devenir partenaires de cette révolution mondiale. Nous voulons nous en donner les moyens afin d’être au diapason des nations qui ont fait de la Culture un instrument essentiel de leur développement en même temps qu’une valeur sûre.

Dans le contexte historique de ce soixantième anniversaire de la Révolution de Novembre, la tenue de ce XIXe Salon International du Livre d’Alger offre une précieuse opportunité de réactualiser le débat sur la place du livre dans notre pays, sur les formes de son élaboration et de sa diffusion, en somme sur son devenir, qui revêt une importance culturelle stratégique.

La culture a un coût mais l’ignorance et l’intolérance en ont un bien plus élevé. C’est pourquoi nous avons choisi d’agir par la culture et, en l’occurrence, par le livre.

Cette réflexion sur la place irremplaçable et le rôle culturel vital du livre, et son évolution moderne, nous entendons l’engager et la mener, d’ici à la prochaine édition, avec l’ensemble de la communauté du livre dans notre pays. Cela concerne l’ensemble des professionnels de la chaîne du livre (auteurs, éditeurs, distributeurs, libraires, bibliothécaires, imprimeurs…) mais également les chercheurs concernés (sociologues, psychologues, linguistes, pédagogues, historiens, économistes, designers…).

Il s’agit en fait d’aboutir à une stratégie globale du livre et de la lecture en Algérie, laquelle ne peut être envisagée que dans une synergie intersectorielle. En effet, si le livre concerne particulièrement la Culture, dont il est un support primordial, il est également un support essentiel de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique, de la Formation professionnelle, etc.

Son impact réel est un indicateur précieux du degré de développement des économies et des sociétés. C’est dire combien son enjeu nous interpelle dans sa forme multidimensionnelle :

[ une dimension éthique liée aux valeurs profondes de notre identité culturelle, que sont l’Islam, l’Arabité et l’Amazighité, dans leur apport et leur rapport à l’universalité,

[ une dimension esthétique qui s’arrime aux littératures et aux arts,

[ une dimension pratique qui tient à la transmission et au développement des savoirs et savoir-faire.

Enfin, la dimension historique à laquelle s’attache, de manière essentielle, la mémoire séculaire de notre peuple, de notre nation.

Et si nous avons choisi d’appeler ce XIXe SILA « Le livre et nous », c’est pour bien traduire cet enjeu multidimensionnel.
 
Par Mme Nadia Labidi,
Ministre de la Culture
   


Espace exposants exposants

Espace réservé aux exposants du salon
Revue de presse Revue de presse

Nous vous proposons les articles de presse qui ont été publié à ce jour, sur le salon international du livre d'alger 2014
Photothèque photos sila

La galerie photos du SILA
Vidéothèque videos

Toutes les vidéos du 19ème SILA

 
2014
Partenaire du SILA - Salon international du livre

PROGRAMME
Spécial enfants
MULTIMEDIA
Vidéos
Photos


   
Copyright © 2010 - 2014 SILA - Salon International du Livre d'Alger
Tous droits Réservés 
Conception, Réalisation & Référencement
bsa Développement